Communiqué de presse

Registre des intérêts des journalistes et argent public : deux poids, deux mesures !

18 Nov, 2022

Hier, un article de 24heures nous apprenait que le Conseil d’Etat et la majorité de gauche de la commission ad hoc nommée pour traiter de la motion UDC souhaitant établir un registre des intérêts des journalistes refusait cette idée. Ainsi, des acteurs importants pour la formation de l’opinion publique dont, de surcroît, les employeurs touchent des aides publiques, échappent à un certain devoir de transparence. L’UDC appelle le Conseil d’Etat et le Grand Conseil à ne pas tolérer cette politique du deux poids, deux mesures.

En début de chaque législature, les députées et députés sont tenus d’annoncer leurs liens d’intérêts dans un registre public. Tout manquement à ce devoir d’annonce est condamnable. Ce principe se justifie, notamment, par un certain devoir de transparence vis-à-vis de la population, car les élus exercent une influence évidente sur la formation de l’opinion publique. Il en va de même pour les journalistes dont la sensibilité et l’orientation rédactionnelle profitent, pour certains chaque jour, de la large diffusion publique de leur média.

Indéniablement, les journalistes exercent une influence considérable sur la formation de l’opinion publique. Ils déterminent les thèmes qui font l’actualité de ceux qui ne méritent pas d’être traités. Ils commentent et font part de leur propre impression de tel ou tel fait politique. Ainsi, souvent il est écrit que l’UDC joue sur les peurs alors que les mouvements de gauche alertent l’opinion publique.

De l’argent public sans aucun contrôle ?

Les grands médias en Suisse profitent d’aides publiques, l’Etat de Vaud soutient également financièrement la presse. Ces aides sont justifiées au nom de la formation et de la diversité de l’opinion publique. En démocratie, on ose même évoquer un bien de première nécessité, au même titre que l’approvisionnement en denrées alimentaires.

Comme le monde agricole, le monde médiatique est donc tributaire d’aides publiques pour des raisons relativement similaires. Dès lors, comment justifier que pour prétendre à des paiements directs, les agriculteurs doivent se plier à une batterie de formulaires inimaginables, mais que les journalistes sont exemptés du devoir d’annoncer leurs intérêts dans un registre public ?

Les députés de gauche voteront-ils contre leurs commissaires au Grand Conseil ?

L’UDC constate que, selon l’article de 24heures, les commissaires de gauche auraient voté contre cette motion UDC en commission. Au nom de leur engagement en faveur de la transparence, il est à espérer que lors des débats au Grand Conseil, les députées et députés de gauche désavoueront leurs commissaires en soutenant la création d’un registre des intérêts des journalistes.

L’UDC appelle donc le Conseil d’Etat et le Grand Conseil à soutenir une mesure justifiée tant en raison de l’importance des journalistes dans la formation de l’opinion publique qu’au nom des aides publiques que les employeurs des journalistes perçoivent.

Autres communiqués

Un programme de législature volontariste et tourné vers l’avenir avec des baisses fiscales

Un programme de législature volontariste et tourné vers l’avenir avec des baisses fiscales

L’Alliance vaudoise prend connaissance avec satisfaction du programme de législature du Conseil d’Etat. La patte de la majorité de centre-droit est visible notamment sur les projets en matière de fiscalité, d’évolution des relations avec les communes ou encore de valorisation de la formation professionnelle. Les partis qui composent l’Alliance resteront attentifs à la prise en compte des valeurs et idées qui ont été plébiscitées par la majorité des Vaudoises et Vaudois le printemps dernier.

Qu’attend le Conseil d’Etat pour condamner le rapport de l’ONU et le militantisme de la professeure de l’UNIL ?

Qu’attend le Conseil d’Etat pour condamner le rapport de l’ONU et le militantisme de la professeure de l’UNIL ?

En début de semaine, le « panel d’experts » de l’ONU qui avait annoncé en janvier 2023 un rapport sur le racisme en Suisse l’a publié. Ce rapport, dont la rédaction ne respecte aucune méthodologie, rigueur et impartialité, serait recalé s’il était présenté par un élève du secondaire II. Le Conseil d’Etat va-t-il tolérer sans condamner un rapport qui fustige le prétendu comportement raciste de la police dans notre canton ?

Redonner à la police les moyens de protéger efficacement la population vaudoise !

Redonner à la police les moyens de protéger efficacement la population vaudoise !

L’UDC Vaud a déposé ce jour une interpellation par la voie du député Nicola Di Giulio à la suite des récentes informations parues dans la presse quant à la situation préoccupante de la Centrale vaudoise de police (CVP) qui gère les appels d’urgence ainsi que du Bureau renseignements police (BRP) qui a été purement et simplement fermé toutes les nuits de l’été passé.

Share This