Communiqué de presse

Pour choyer un hôpital en crise, le Conseil d’Etat opte pour des recettes socialistes

7 Juil, 2023

Interdire l’arrivée de neurochirurgiens et bientôt de cardiologues dans les cliniques privées : voilà tout ce que le Conseil d’État vaudois a trouvé pour assurer les arrières d’un CHUV à la dérive.

Quand on aime, paraît-il, on ne compte pas. Pas même les centaines de millions de déficits annuels du CHUV. Mais quand on aime vraiment beaucoup, on ne s’embarrasse pas non plus de grandes préoccupations démocratiques. Le Conseil d’Etat vaudois vient d’en offrir la démonstration éclatante en décidant de limiter brusquement le nombre de neurochirurgiens actifs dans le canton, sans base légale formelle votée par le Grand Conseil.

Le but : rogner, voire saboter purement et simplement la concurrence des cliniques privées, « coupables » d’être très nettement moins chères que le grand frère étatique, comme le révèlent les chiffres officiels[1]. Une volonté de créer des clients captifs que l’on comprend aisément de la part des élites socialistes, tant le paysage vaudois des soins est marqué par des démissions retentissantes au niveau du CHUV[2]  ou de la Direction Générale de la Santé[3], ces derniers mois. 

Alors que la « clause du besoin » menace à présent de s’appliquer aux cardiologues, l’UDC Vaud tire la sonnette d’alarme. Pour protéger un système de gouvernance en grave crise, tant humainement que financièrement, il n’est pas normal que la gauche vaudoise, et sa ministre Rebecca Ruiz en tête, reste embourbée dans des rêveries socialistes. En bafouant la liberté économique, pilier d’une société ouverte, c’est aussi l’accès aux soins de tout un chacun que ses idéaux mettent gravement en danger.

Les rapports incestueux entre le CHUV et les services de Madame Ruiz ne rendent service ni aux patients, ni au canton. Face à une situation contraire aux libertés fondamentales et au respect le plus minimal des mécanismes démocratiques, l’UDC appelle ses alliés de l’Alliance vaudoise au rassemblement pour corriger le tir au Grand Conseil dès la rentrée.

 

[1] https://www.spitaltarife.preisueberwacher.ch/fr

[2] https://www.rts.ch/info/regions/vaud/13632056-le-directeur-du-chuv-philippe-eckert-quitte-son-poste-en-raison-de-divergences-de-vues.html

[3] https://www.letemps.ch/suisse/vaud/directrice-sante-vaudoise-part-apres-un-an

Autres communiqués

L’UDC Vaud refuse le cadeau empoisonné des syndicats

L’UDC Vaud refuse le cadeau empoisonné des syndicats

Pour son premier Congrès de l’année, plus de 150 délégués se sont réunis à Vuarrens pour adopter les mots d’ordre des deux votations fédérales du 3 mars prochain et pour élire trois nouveaux vice-présidents à la Direction de l’UDC Vaud.

L’UDC demande un audit d’efficience de la fonction publique vaudoise

L’UDC demande un audit d’efficience de la fonction publique vaudoise

Le groupe UDC a dénoncé au Grand Conseil les coûts engendrés par le nombre d’employés de la fonction publique et les augmentations inhérentes à l’indexation et aux anuitées. Tout compris (public et parapublic), la masse salariale de l’Etat de Vaud s’élève à près de 7.5 milliards de francs, soit 60% du budget de l’Etat. C’est trop ! L’UDC demande au Conseil d’Etat un audit d’efficience de la fonction publique.

Share This