Communiqué de presse

Le Canton doit protéger les Vaudois et cesser d’être le complice de la politique d’asile ratée du Conseil fédéral

28 Août, 2023

L’inflation touche durement les familles vaudoises. Pourtant, selon la ministre Élisabeth Baume-Schneider (PS), les foyers doivent définitivement vider leurs poches au profit de nouveaux réfugiés. L’UDC appelle le Conseil d’État à la résistance.

CHF 163.40 par personne, soit CHF 653.60 pour une famille de quatre. Voici, en date du 27 juin dernier, le prix que la population vaudoise a payé pour l’accueil des réfugiés ukrainiens depuis 2022[1]. La somme (310.6 millions, dont 134.6 millions à la charge du canton) est importante et a été communiquée par le Conseil d’Etat pour donner suite à une intervention de notre député et chef de groupe Yvan Pahud. Elle dépasse les CHF 1’500 par famille en y additionnant les coûts pris en charge par le Canton et la Confédération – et donc là aussi par le contribuable – et ceci sans compter les frais d’assurance-maladie.

Cette générosité prétend s’inscrire dans la tradition humanitaire de notre pays, alors qu’en réalité et ne permet que de donner bonne conscience aux élus de gauche, comme la conseillère fédérale Baume-Schneider et de ses relais, qui usent encore et toujours de la culpabilisation pour venir se servir dans les poches des gens.

C’est toujours aux autres de payer

Ainsi, l’élue socialiste a entamé un véritable bras de fer avec les Cantons afin qu’ils ouvrent de nouvelles infrastructures pour accueillir la prochaine vague de migrants. Pour rappel, on l’annonce massive cet automne. En bonne logique socialiste, rien de plus normal : c’est toujours aux autres de payer ses propres accès de générosité. Malheureusement, nombreuses sont les collectivités qui tirent la sonnette d’alarme : la charité c’est bien, mais encore faut-il avoir les moyens d’accueillir les réfugiés convenablement ? A l’évidence, ce n’est plus le cas et de nombreuses familles souffrent de la baisse du pouvoir d’achat.

Dans la passe d’armes qui oppose désormais les Cantons à la Confédération, l’UDC Vaud appelle le Conseil d’État vaudois à se joindre aux Cantons de Suisse centrale et à refuser, avec la même fermeté qu’eux, d’être le complice d’une politique d’asile inhumaine et irréaliste. Si Élisabeth Baume-Schneider tient tant à mettre en place une politique au-dessus des moyens du peuple et des Cantons, il lui appartiendra de trouver elle-même des solutions miraculeuses.

 

[1] Cumulé avec le financement fédéral, l’effort global sur sol vaudois s’élève à CHF 310 millions depuis le début de la guerre,, selon la réponse du Conseil d’État à une interpellation d’Yvan Pahud et consorts : 22_INT_176

Autres communiqués

L’UDC Vaud refuse le cadeau empoisonné des syndicats

L’UDC Vaud refuse le cadeau empoisonné des syndicats

Pour son premier Congrès de l’année, plus de 150 délégués se sont réunis à Vuarrens pour adopter les mots d’ordre des deux votations fédérales du 3 mars prochain et pour élire trois nouveaux vice-présidents à la Direction de l’UDC Vaud.

L’UDC demande un audit d’efficience de la fonction publique vaudoise

L’UDC demande un audit d’efficience de la fonction publique vaudoise

Le groupe UDC a dénoncé au Grand Conseil les coûts engendrés par le nombre d’employés de la fonction publique et les augmentations inhérentes à l’indexation et aux anuitées. Tout compris (public et parapublic), la masse salariale de l’Etat de Vaud s’élève à près de 7.5 milliards de francs, soit 60% du budget de l’Etat. C’est trop ! L’UDC demande au Conseil d’Etat un audit d’efficience de la fonction publique.

Share This