La Foire aux questions sur l'UDC
 
En dix questions-réponses, nous vous disons tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’UDC, ses idées, son programme, ses élus et ses origines.

Un vieux parti au succès récent
Fondé en 1921, l’UDC Vaud – alors nommée PAI – a connu une fulgurante progression électorale ces quinze dernières années. Entre 2007 et 2011, l’UDC était même le premier parti vaudois aux élections fédérales avec cinq représentants.
Que veut dire « UDC » et pourquoi avez-vous un soleil qui rit comme logo ?
UDC est l’acronyme de Union démocratique du centre. En 1971, plusieurs partis cantonaux se sont unis pour fonder une union politique et démocratique. En allemand, on traduit UDC par SVP (Schweizerische Volkspartei, littéralement Parti populaire suisse).

Le logo représente un soleil tenant un drapeau suisse qui se lève sur un paysage de campagne et qui rappelle le premier verset de l’hymne national (« Quand le soleil annonce un brillant réveil… »). Mais saviez-vous que le logo de l’UDC est le seul des grands partis représentés à Berne à aborder fièrement le drapeau suisse ?
 
Quelles sont les thèmes qui animent la politique de l’UDC ?
La Suisse, notre pays, est le grand thème qui anime la politique de l’UDC. Petit par la taille mais grand par les valeurs de liberté, d’indépendance et de solidarité, la Suisse est l’alpha et l’oméga de notre politique.

Cela se concrétise par un engagement sans faille pour son indépendance vis-à-vis de l’UE. Par une politique souveraine en matière d’énergie, d’agriculture, de migration et d’économie par exemple. Pour nos adversaires politiques, souveraineté rime avec isolement tandis que pour nous, souveraineté rime avec liberté.

 
Dans la presse, je lis que l’UDC est contre les étrangers, est-ce vrai ?
C’est faux. L’UDC combat les abus partout où ils sont. Malheureusement, notre politique migratoire est naïve et tolère beaucoup d’abus en matière de droit d’asile, d’immigrations et de sécurité publique. L’UDC n’a pas peur d’être taxée de xénophobie pour mener son juste combat politique contre un système inadapté qui coûte beaucoup d’argent aux Suisse.

Au sujet des étrangers, savez-vous que plus de 25% des membres des Jeunes UDC ont des origines étrangères ? En plus, plusieurs responsables et élus ont des liens très forts avec d’autres pays.

 
Qui sont les membres de l’UDC et combien êtes-vous au total ?
Les membres de l’UDC sont des hommes et de femmes de tous les âges, de toutes les professions, de toutes les sensibilités, de toutes les régions de Suisse et du monde (eh oui, l’UDC possède une section UDC International). 90 000 personnes composent notre parti dans toute la Suisse. Dans le canton de Vaud, 3 000 personnes sont affiliées à l’UDC.
Alors, quelle est le lien qui uni toutes ces personnes ? C’est la Suisse qui unit dans la diversité des opinions et des idées. Chez nous, il est possible de trouver deux membres qui ne partagent pas le même point de vue sur l’énergie nucléaire mais les deux portent le même amour de la Suisse, c’est pour ça qu’ils sont membres de l’UDC.
 
On dit que vous défendez les milliardaires comme Blocher, pourquoi ?
Il n’est pas juste de prétendre que l’UDC défend des milliardaires. Mais notre parti est le seul de Suisse qui est capable de réunir aussi bien un banquier zurichois qu’un armailli fribourgeois, un chercheur bâlois, un ouvrier genevois ou un restaurateur tessinois car ce qui nous anime, ce n’est pas la lutte des classes, mais c’est le savoir vivre ensemble si typique de la Suisse.
 
Pourquoi on ne vous voit jamais parler d’environnement ou de politique familiale par exemple ?
L’UDC possède un riche éventail de propositions dans tous les domaines de la vie politique, environnement et familles inclus. Nos élus de tous les niveaux s’engagent sans rechigner pour des solutions pragmatiques et concrètes tout en se demandant à chaque fois si les mesures proposées n’entravent pas la liberté de chacun et la souveraineté de la Suisse. Notre programme politique vous renseignera très précisément sur toutes nos propositions, analyses à l’appui.
 
Vous ne pensez pas que des affiches comme celle des moutons ou du minaret donnent une mauvaise image de la Suisse ?
Les adversaires de l’UDC affirment effectivement que nos affiches nuisent à l’image de la Suisse. Mais dans le fond, ils sont obligés de se rabaisser à ce type d’arguments pour tenter de justifier leur politique. A l’UDC, nous estimons que les citoyens sont doués d’intelligence et qu’ils savent identifier les arguments valables de ceux qui ne le sont pas. L’image de la Suisse dans le monde continue d’être très bonne, malgré les prétextes utilisés par nos adversaires.
 
Quelle place ont les jeunes et les femmes au sein de l’UDC ?
L’UDC permet à tout le monde prendre des responsabilités en son sein. Il existe une section Jeunes UDC et une section Femmes UDC qui sont garants de représenter les intérêts spécifiques des jeunes et des femmes au sein de notre parti.

Mais ce n’est pas tout. L’UDC donne aussi sa chance aux jeunes et aux femmes. Une femme, Alice Glauser, représente l'UDC au Conseil national et Michaël Buffat est le plus jeune conseiller national de l'histoire du parti et donc l'un des plus jeunes de la députation vaudoise à Berne. Preuve que le parti compte sur sa relève.
 
Organisez-vous des événements publics dans lesquels je peux venir ?
Bien sûr. L’UDC organise plusieurs événements, telles que les congrès ou des forums de parlementaire, dont la plupart son publics. Renseignez-vous grâce à notre agenda ou auprès de notre secrétariat.
 
Comment doit-on faire pour devenir membre ?
En remplissant le formulaire que vous trouverez ici.
 
L'histoire de l'UDC en terres vaudoises
 
L’UDC a été créée le 21 janvier 1921 en l’église de St-Cierges par une poignée d’agriculteurs issus du Parti radical démocratique. Appelée alors PAI (Paysans, Artisans, Indépendants), le parti a eu pour vocation de représenter spécifiquement les gens du monde rural et les petits entrepreneurs. Le PAI du canton de Vaud a été le troisième mouvement agraire avoir vu le jour en Suisse, après ceux de Zurich (1917), de Berne (1919) et juste avant Fribourg en 1922.

Son premier président était un député de Bercher, Albert Wulliamoz, conseiller national dès 1922 et quarante ans plus tard, en 1962, Marc-Henri Ravussin fut le premier conseiller d’Etat PAI. Marcel Blanc, Pierre-François Veillon puis Jean-Claude Mermoud lui ont succédé.

En 1971, divers partis agraires issus des cantons, dont le PAI vaudois, fondent à Berne l’Union démocratique du centre. Durant une quinzaine d’années, le parti portera la double-dénomination PAI-UDC, jusqu’au 2 mars 1985, à Bercher, où il est décidé d’abandonner l’acronyme PAI au profit de l’UDC.

Représentée à Berne depuis 1922 (non sans quelques absences durant quelques législatures) avec un conseiller national, notre parti gagna un second siège en 1999, puis deux de plus en 2003 et enfin un cinquième siège en 2007, avant de retomber à quatre mandats en 2011.

De la défense des paysans à la défense de la Suisse…
Le récent succès de l’UDC trouve ses racines dans son engagement sans faille en faveur du fédéralisme et de l’indépendance de la Suisse. Depuis 1992, le débat européen polarise les positions politiques de notre pays. Seul parti n’ayant jamais douté de la pertinence d’une Suisse libre et indépendante, l’UDC récolte les fruits de cet engagement.

Fort de près de 50 sections locales, dont plus de 40 fondées entre 2004 et 2014, la nouvelle génération de l’UDC ne se limite plus aux seules communes rurales. Dans toutes les grandes villes vaudoises, l’UDC est désormais un acteur politique reconnu avec des groupes au sein des législatifs.

En 2013, à Chavornay, le parti s’est doté pour la première fois d’une présidente en la personne de la députée de Vevey Fabienne Despot, ingénieure chimiste et cheffe de son entreprise, qui symbolise à elle seule l’évolution qui anime l’UDC.

Le premier conseiller fédéral, Guy Parmelin
Suite aux élections fédérales du 18 octobre 2015, l'UDC a revendiqué le retour à la "formule magique" en proposant un ticket de trois candidats pour l'élection au Conseil fédéral, dont la candidature du conseiller national Guy Parmelin.

Le 9 décembre 2015, au troisième tour du scrutin, Guy Parmelin est devenu le 116e conseiller fédéral (15e Vaudois et 1er conseiller fédéral vaudois non-élu comme PLR). Il a repris le Département de la défense, de la protection de la population et des sports.

>> Livret "90e anniversaie du PAI-UDC" (pdf)
>> Histoire de l'UDC Suisse


   





Union démocratique du centre du canton de Vaud UDC Vaud, Secrétariat général, Rue de la Louve 1, 1003 Lausanne
tél. 021 806 32 90 - Courriel: secretariat@udc-vaud.ch - CCP: 10-4168-3